Akira TORYAMA est décédé cette nuit

Nuage magique ! :( :( :(
  • En Librairies:      

    12/04 - NIKOPEK, BENEDAU, TRICHET - Skull
    12/04 - NUYTEN - BD Web
    12/04 - DJIEF - Comics & Drinks
    13/04 - NUYTEN - Strip Web
    13/04 - MILLET - Chez Jordan 

    Lire la suite...

Chris Ware Grand Prix du FIBD

C’est officiel, c’est finalement Chris Ware qui sera le Président du prochain festival de la bande dessinée d’Angoulême, prévu du 27 au 30 janvier 2022. La fronde d’une partie des auteurs pour voter pour Bruno Racine n’a pas porté ses fruits…

ware_photo.jpg

L’auteur de Jimmy Corrigan l’emporte face aux deux finalistes qu’étaient Pénélope Bagieu et Catherine Meurisse. Déjà finaliste les trois années précédentes, il devient ainsi le sixième Américian à remporter la récompense suprême, après Will Eisner (1975), Robert Crumb (1999), Art Spiegelman (2011), Bill Watterson (2014) et Richard Corben (2018).

Né en 1967 à Omaha (États-Unis), Chris Ware est publié très tôt dans RAW, la revue d’avant-garde d’Art Spiegelman et Françoise Mouly. Il entame au début des années 1990 une œuvre d’envergure avec la série des Acme Novelty, vraie-fausse revue à la forme et à la pagination changeante qui installe les personnages bientôt fameux de l’auteur : Quimby the Mouse, Rusty Brown et surtout Jimmy Corrigan. Tous se démarquent par leur timidité, par leur fragilité et par l’empathie immédiate qu’ils suscitent chez le lecteur…

 

Depuis 25 ans, c’est ainsi une œuvre originale, qui oscille entre une douce mélancolie et une profonde tristesse, que propose Chris Ware, s’attachant toujours à regarder au microscope le quotidien de ses personnages et leurs gestes les plus dérisoires. Par ailleurs, ses livres se distinguent par leur générosité, avec un graphisme immédiatement reconnaissable et une fabrication soignée. La force et la densité de cette œuvre n’ont jamais échappé à la critique. Salué à chaque nouvelle parution, Chris Ware a reçu de très nombreux prix, dont 28 Harvey Awards et 22 Eisner Awards.

ware_prix.png

Il était une fois un 14 Avril ...
Chantal DE SPIEGELEER

Promue de l'école supérieure des Art graphiques de Saint-Luc en 1975, Chantal DE SPIEGELEER fait partie de cette meute de belges aux dents longues, comme COSSU, SCHUITEN… Malheureusement on ne lui doit qu’une série : Madila, ville imaginaire entre Hollywood et la Floride peuplée d’acteurs, de stylistes et d’artistes dessinée dans son style si particulier, une ligne claire angulaire plutôt proche par sa recherche graphique du style atome…

Elle suivra son mari René ADLER dans les îles et terminera le Blake et Mortimer que sa mort a empêché d’achever.

 

 

Identification (2)