Akira Toriyama, intronisé Chevalier français.

Ça s’est déroulé le 30 mai 2019 à Paris: Le père de Son Goku a reçu la médaille de Chevalier de l’ordre des Arts & des Lettres.

ToriyamaArts-1_800x596.jpg

Enfin, c’est plutôt son éditeur, Akio Iyoku, de la Shûeisha qui est venu la réceptionner pour lui, car le Maitre n’apparait plus en public depuis bien longtemps maintenant*.

Son éditeur à néanmoins délivrer un message à l’assemblée:

ToriyamaArts-2.jpg

Etaient aussi présent à cette cérémonie Rumiko Takahasi (Maison Ikkoku « Julette je t’aime », Ranma 1/2) et Tadashi Agi et Shu Okimoto (Les gouttes de Dieu).

Si on peut se sentir vexé que l’auteur ne se déplace pas pour cette illustre récompense, rappelons-nous aussi que Toriyama-Senseï ne s’était pas déplacé non plus pour sa nomination au Eisner Awards…

 

 

* sa dernière apparition remonterait au 08 novembre 2017, lors d’une sombre histoire de fraude aux impôts (vous pouvez en savoir plus en lisant l’article écrit par l’un des maitres du DBVerse français, Saiyuke en cliquant sur cette image.

ToriyamaArts-3_800x525.jpg

 

 

Il était une fois un 28 Février ...
Benjamin BENETEAU

Non non, on ne vous parlera pas du Benjamin Bénéteau né en 1859 qui fonda les chantiers navals éponymes, d’où sorti notamment le voilier "le Père Peinard"…

C’est plutôt de son homonyme contemporain et nettement plus gai luron, qui est né en Vendée le 28 février 1985! 
Après avoir vécu à Tahiti, il part à Bruxelles pour suivre des études à Saint-Luc Bruxelles section bande dessinée, les éditions Dupuis lui proposent de travailler sur la série « Alter Ego ».
Depuis ce 1er succès, il travaille en collaboration avec Marc BOURGNE sur le dessin du reboot de la série « Michel Vaillant » (scénarios de Denis LAPIERE et Philippe GRATON).

M'ENFIN ?!?

28 février 1957, Spirou n° 985 : première apparition de Gaston Lagaffe dans le journal de Spirou.

C’est à partir du 28 février 1957 qu’il envahira les pages de Spirou (n°985) de son "M’enfin !",  de sa paresse, de son incompétence, de la fumée de sa cigarette, de ses inventions loufoques et de ses recettes de cuisine immondes.
Grâce -ou à cause de lui!- De Mesmaeker ne signera jamais de contrat juteux avec les éditions Dupuis!

Rogntudjuuuu !!!
 

Identification (2)